4465 Views |  Like

Miriam Makeba, première icône de la coiffure africaine

Partagez
  • 131
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    131
    Partages

Tresses à perles, crête fulani ou igbo, turban, toques royales, elle les a portés avant tout le monde. Et en ces temps de revival de l’esthétique africaine, il est bon de s’en souvenir.

Zenzile Miriam Makeba (1932-2008), l’éternelle « Mama Africa », a été la première artiste africaine de renommée internationale à avoir montré au monde une esthétique authentiquement africaine et totalement inédite. En concert où en interview, cette chanteuse révolutionnaire et farouche opposante à l’apartheid, qui n’hésitait pas à chanter avec force et poésie dans sa langue natale, a porté la voix et l’âme de l’Afrique, dans ses textes comme sur sa personne. Elle, originaire d’Afrique du Sud, de l’ethnie des Xhosa, a pourtant embrassé la culture africaine dans sa globalité. Puisant son inspiration esthétique dans toutes les cultures du Continent, elle s’est parée avec grâce de robes en kente, en kitenge, de boubous en bogolan ou en bazin. Elle a emprunté à ses soeurs de l’Afrique de l’Ouest tantôt leurs couronnes capillaires uniques et sophistiquées, tantôt leurs tresses perlées, à celles de l’Afrique centrale, leurs tresses au fil twistées. En se produisant à travers le Continent, elle a fait découvrir aux Africains d’autres cultures africaines, leur faisant prendre conscience de leurs richesses.

Afro minimaliste et toques royales

Elle débute sa carrière coiffée à la mode son ethnie, c’est-à-dire cheveux coupés courts, qui apparaissent aujourd’hui d’une incroyable modernité. Puis viennent les foulards et chapeaux xhosa tout en hauteur qui lui donnent des allures de Reine Kamite. Ces coiffures correspondent à sa période « américaine », durant laquelle elle va à la rencontre du mouvement des Black panther, dont elle épouse l’un des leaders, Carmichael Stockely, se lie d’une amitié indéfectible avec Nina Simone, et fréquente Hollywood. Ce sont les années 60 et ses looks sont alors composés de vêtements de style européen, mais sa chevelure et ses coiffures restent radicalement africains.

Miriam Makeba Copenhagen 1964

Miriam Makeba à New york en 1968

Au festival du Film de Berlin

Fulani Queen

Ses tournées en Afrique, vont changer son style vestimentaire, et bientôt les textiles et les tenues traditionnelles africaines vont sublimer ses audaces capillaires. C’est sa période ouest-africaine où elle adopte les coiffes en crête des femmes fulanis et Igbo, également appelées coiffures en « soleil ». De son voyage en Guinée, elle rapportera également les coiffes en perles, les tresses ornées de perles de coquillages et de bois multicolores, ainsi que les nattes inversées qui tombent sur les tempes. Ces nattes que l’on appelle aujourd’hui les « fulani braids ».

Miriam Makeba à Kinshasa en 1974, à l’occasion du « Combat du siècle » entre Mohammed Ali et Georges Foreman

Retour aux racines

Dans les années 80, Miriam Makeba poursuit son exploration de l’esthétique africaine et adopte les tresses au fil. Elle choisit le style dit « tire-bouchon » qui crée des boucles naturelles sur des cheveux afro. Elle est aussi fan de ce qu’on appelle à l’époque les « rasta », des tresses tombantes réalisées et stylisées à l’aide d’extensions. Puis elle va progressivement revenir à ses racines vers les années 90, en arborant le chapeau ou la toque zulu, mais aussi le cheveu court et le crâne ceint d’un collier de perles.

Miriam Makeba lors d’un concert en France

Michael Benabib, Afropop Musician Photographer

Miriam Makeba a tout osé, tout inventé, tout assumé avec une élégance et une grâce uniques, qui ont marqué l’inconscient collectif de nombreux Africains. Elle a été l’ambassadrice de ce Continent et de ses cultures, à une époque où l’esthétique africaine se réduisait à des imageries coloniales et les canons de beauté ultra-dominants étaient occidentaux.

Ce qui explique certainement le sentiment de fierté et de gratitude qu’elle provoque encore aujourd’hui chez tous les Africains.

T.MK.

Dans la série « Dis-moi comment tu te coiffe et je te dirai qui tu es » :


Partagez
  • 131
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    131
    Partages