Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Sapeurs congolais n’ont qu’à bien se tenir, les Swenkas sud-africains maîtrisent sans complexe l’art du bling et du swag. Les couleurs qui piquent les yeux, ils adorent, les accessoires, ils en raffolent, les poses et les chorégrapghies, ils ont font des tonnes.

Ce style clinquant qui remonte à l’époque de l’apartheid, vient des hommes zoulous des régions rurales du pays qui se rendaient souvent dans les villes à la recherche de travail. Pour impressionner leurs familles de retour chez eux, ils achetaient et portaient de beaux costumes.

Au fil du temps, ce comportement a évolué vers une pratique appelée «swenking», dans laquelle les Sud-Africains de la classe ouvrière se rencontrent régulièrement, généralement le samedi soir, et organisent de véritables compétitions de style. Ces battles, qui ont leurs grands champions tels que Vusi Kunene, ont lieu dans la rue en présence des passants, qui peuvent admirer des défilés de costumes aussi flashy que codés. Car le swenka, derrière l’apparente décontraction voir fanfaronnade des swenkas, c’est tout un art. De la couleur des chaussures à celle des chaussettes, du noeud de la cravate à l’angle du chapeau, de la démarche à la pose, tout est noté !

Véritable phénomène culturel, aussi curieux qu’original, un documentaire du cinéaste Jeppe Ronde appelé « The swenkas » leur a été consacré. Swenky !

T.M.K

 

 


Partagez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •